La gestion des déchets ménagers

 

La gestion des ordures ou des déchets désigne l’ensemble des opérations et moyens mis en oeuvre pour limiter, recycler, valoriser ou éliminer les déchets. (Navarro 1994)

 1 / Les techniques de la gestion des déchets ménagers

 1 – 1 – Le tri:

Le document 1 présente les constituants des déchets ménagers d’un milieu urbain. Le document 2 montre le pourcentage des composantes des déchets dans certains pays.

Document 1
Document 2

Le document 3 présente les étapes de tri des déchets ménagers dans un centre de tri

http://www.lomag-man.org/dechetterie/infos-news-dechetterie/grandlyon-quatretris.jpg

1 – En exploitant les documents 1 et 2, interpretez les donnéesobservées.

2 – Dégagez des documents 1 et 2 les composantes qu’on peut valoriser et recycler.

3 – A partirdu document 3, décrivez les étapes du tri des déchets.

4 – A partir des données précédenteset de vos connaissances, déterminez l’importance economique du tri des déchets.

1 – 2 – Les techniques de réutilisation des déchets et leur recyclage:

a – Le compostage:

La production annuelle de déchets ménagers au maroc est estimée à 7 millions de tonne, l’équivalent d’’un ratio de 0,76 Kg/ Habitant / jr ; avec une prédominance de matières organiques qui représente jusqu’à 70% du poid total et une forte humidité (65%).

Cette matière organique peut subir un transformation biologique aérobie par le biais de micro-organismes (bactéries, champignons, protozoaires…) et les petits invertébrés de la pédofaune.

Ce processus est appelé compostage, il a pour but d’obtenir un compost, un amendement organique qui sert d’engrais, en plus de diminuer la quantité de déchets que nous produisons.

https://www.flickr.com/photos/stefano_lubiana_wines/8809688712/

la température du tas de compost doit s’élever rapidement dans les jours qui suivent sa mise en place. La température au sein du tas peut atteindre 70°C. L’élévation de température signifie que les organismes décomposeurs sont entrés en action. Les températures entre 50 et 65 degrés sont idéales car elles permettent la destruction complète des semences et des organismes porteurs de maladies.

Après deux à six semaines, la température doit être retombée à 30°C et le tas doit s’être affaissé.

A ce moment, il faut retourner le tas en le mélangeant et en l’aérant soigneusement. Si l’on constate que le tas est trop sec, il y a lieu de le mouiller légèrement. A ce moment, le compost doit avoir la consistance d’une éponge mouillée essorée. Bien reconstituer le tas de manière légère et le protéger de la pluie afin d’éviter que le compost soit trop humide et fermente au lieu de se décomposer, et pour que les matières nutritives ne soient pas perdues, entraînées dans le sol par lessivage

L’opération de retournement et de brassage peut être effectuée toutes les 4 semaines.

Le compostage comporte deux phases importantes:

– Phase de décomposition (phase active): dégradation de m.o par des microorganismes aérobies (qui consomment de l’O2). pendant cette phase la température monte progressivement et plusieurs populations de microorganismes se succèdent selon leur capacité à supporter la chaleur.

– Phase de maturation: correspond à la conversion de la matière organique en humus, une matière résistante à la décomposition bactérienne.

b – La production du biogaz:

La méthanisation est un procédé naturel de dégradation de la matière organique par des bactéries, en l’absence d’oxygène, produisant un biogaz composé de méthane CH4, et de dioxyde de carbone. Cette réaction produit également un résidu, appelé digestat, qu’il est ensuite possible de valoriser en tant que fertilisant pour l’agriculture.

https://www.pinterest.com/

Ce processus permet aussi de traiter les déchets organiques produit dans l’exploitation de manière durable et protectrice de l’environnement. En effet, il semblerait que la production de 1m³ de méthane permette la production de :

http://tpe-la-methanisation.e-monsite.com/pages/iii-les-valorisations/a-avantages.html

c – L’incineration:

C’est une des techniques de gestion des déchets qui consiste à les brûler dans des fours à environ 1000 °C, pour produire de l’électricité et/ou de la chaleur (chauffage).

Source: sittommi

Les étapes dans l’usine d’incinération des déchets

1/ Les camions vident dans la fosse les ordures ménagères

2/ Le grappin achemine les déchets vers le four

3/ Le four est alimenté en continu à plus de 1000°c

4/ L’échange de chaleur entre l’air chaud du four et l’eau circulant dans les tuyaux va produire de la vapeur qui est revendue à des industriels voisins de l’usine

5/ Les metaux sont extraits des mâchefers pour être recyclés. Les mâchefers sont valorisés en sous couche routière

6/ Les fumées sont traitées par injection de chaux et de charbon actif

7/ Les fumées sont dépoussiérées après passage dans les filtres

8/ Les Résidus d’Epuration des Fumées d’Incinération des Ordures Ménagères (REFIOM) sont envoyés en centre d’enfouissement

9/ La cheminée est équipée d’analyseurs pour mesurer la qualité de rejets atmosphériques en continu

Voir le lien

1 – 3 – L‘enfouissement des déchets:

Après un passage par la décharge, puis l’entreprise de recyclage, les déchets dits « ultimes », ne pouvant être valorisés ou dont le recyclage est trop coûteux, rejoignent le centre d’enfouissement, ou ils sont stockés dans des conditions très contrôlées afin de maîtriser leur impact sur l’environnement.

 

2 / L’impact des déchets ménagers sur l’environnement, la santé et l’economie:

2 – 1 – L‘impact sur l’environnement:

– Le lixiviat est le liquide résiduel qui provient de la percolation de l’eau à travers les déchets, le lixiviat se charge de polluants organiques, minéraux et métalliques, par extraction des composés solubles (lixiviation facilitée par la dégradation biologique des déchets) et risque ainsi de provoquer la pollution de la nappe phréatique.

– L’incineration des déchets dans les décharges public entraîne la liberation des gaz toxiques

2 – 2 – L‘impact sur la santé:

 – La combustion des déchets et les gaz qu’ils génèrent émet des oxydes de carbone, d’azote et de soufre, des acides, des poussières, des composés organiques volatils et des organohalogénés. Les substances spécifiques à l’incinération des déchets, susceptibles d’avoir un impact sanitaire sur les populations riveraines:

– La production des lixiviats entraine la contamination de la nappe phréatique et la pollution des réserves d’eau potable par des micro-organismes pathogènes ou de polluants organiques, minéraux et métalliques, ce qui peut provoquer des épidémies.

2 – 3 – L‘impact sur l’economie:

Le coût de la gestion et le traitement durable des déchets ménagers est plus elevé. D’autre part, les déchets contiennent des composantes valorisables qui pourrait être réintroduites dans un nouveau cycle de production économique.

3 / Bilan:

Sitographie: 1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11    

Fermer le menu