La classification des végétaux

En observant de près les écosysèmes, on découvre une grande diversité des végétaux qui les compose. Les botanistes ont été amenés à identifier les plantes en faisant une description précise des caractères qui leurs sont propres et ensuite, les classer selon un système ordonné et cohérent. Ils ont regroupés les végétaux en groupes ou taxons sur la base des caractères communs.

Cette classification des végétaux s’appuie sur différents critères.

  • Quels sont les critères utilisés pour la classification des végétaux ?

  • Quels sont les clés de détermination pour la classification des végétaux ?

I- Notions de base de la classification
1- Le système de classification
C’est un système hiérarchique, actuellement à huit (8) catégories principales.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Classification_scientifique_des_esp%C3%A8ces

Ces mêmes catégories peuvent être subdivisées en sous- catégories: sous-embranchement, sous-classe…………sous espèce.

L’espèce est l’unité de base de cette hiérarchie et constitue le rang de taxon de base de la classification systématique. Plus le rang du taxon est élevé et plus le degré de ressemblance entre les individus concernés diminue, et inversement

Exemple de classification du palmier dattier
Domaine: eucaryotes
Règne: plantae
Embranchement : spermaphytes
Sous embranchement: angiospermes
Classe: monocotylédones
Ordre: phoenicades
Famille: arecacea
Genre: Phoenix
Espèce: Phoenix dactylifera

2- La nomenclature binomiale
Une plante est identifiée en biologie par deux noms latins:
Le nom du genre: écriture de l’initial en majuscule.
Le nom de l’espèce: écriture de l’initial en minuscule.
Ces noms sont écrits en italique ou en soulignés,
Exemple: Pinus halepensis ou Pinus halepensis

II- Les critères utilisés pour la classification des végétaux

La classification des végétaux s’appuie sur différents critères biochimiques, cytologiques, anatomiques ou morphologiques.

  • Critères cytologiques D’après la structure du noyau de la cellule ( présence ou absence de la membrane nucléaire).
  • Organisation de l’appareil végétatif : présence ou absence des racines, tiges ou feuilles
  • Critères anatomiques : présence ou absence de vaisseaux conducteurs qui transportent la sève.
  • Structure de l’appareil reproducteur : l’appareil reproducteur est absent, peu visible ou visible.

III- Les clés de détermination

Identifier une plante, c’est le trier parmi d’autres. On départage les végétaux en fonction de ce qu’ils possèdent ou ne possèdent pas. Pour cela, on a réalisé des clés de détermination qui permettent d’identifier progressivement l’espèce en fonction de ses caractères morphologiques.

Une clé de détermination se présente comme suit :

Les dicotylédones avec les clés d’identification et des exemples de plantes.

https://more.groww.fr/reconnaissance-plantes-nuls/

Les monocotylédones avec les clés d’identification et des exemples de plantes.

https://more.groww.fr/reconnaissance-plantes-nuls/

IV- Les caractéristiques de quelques groupes de végétaux:

Bryophytes – Ptéridophytes – Spermaphytes

Les caractères communs:
Trois caractères ont permis de regrouper ces 3 embranchements dans le règne des Plantae:
• Caractères morphologiques : Basé sur l’appareil végétatif appelé cormus qui est différencié en tige, racine et feuilles. Les 3 embranchements présentant un cormus sont appelés Cormophytes par opposition aux Thallophytes ( algues). Dans leur cycle, on peut distinguer deux phases, haploïde et diploïde, alternant régulièrement.
• Structure des organes reproducteurs : Les spores enfermées dans des sporanges et les gamètes dans des gamétanges sont protégés par une assise de cellules protectrices.
• Mode de nutrition : Les 3 embranchements sont tous autotrophes car ils sont chlorophylliens, capables de synthétiser leur propre matière organique.

Les caractères spécifiques :
Bryophytes :
– Cormus rudimentaire : tige, feuilles, sans racines
– Avasculaires : sans tissus conducteurs
– Cryptogames : ils ne possèdent pas de fleurs, les organes reproducteurs sont peu ou pas visibles (reproduction dans l’eau)
• Ptéridophytes :
– Cormus vrai : tige, feuilles et racines
– Vasculaires : présence de tissus conducteurs
– Cryptogames
• Spermaphytes
– Cormus vrai : tige, feuilles et racines plus complexes
– Vasculaires : présence de tissus conducteurs
– Phanérogames : les organes reproducteurs sont visibles, ce sont les fleurs (la reproduction se déroule en milieu aérien)
Après la fécondation, l’ovule se transforme en graine (Spermaphytes) qui permet la conservation de l’espèce.

L’embranchement des Spermaphytes est subdivisé en deux sous-embranchements:
• S/E des Gymnospermes : à graines nues, directement accessibles (exemple : Pin)
• S/E des Angiospermes : à graines enfermées dans une cavité close = Ovaire
Le S/E des Angiospermes est subdivisé en deux classes :
• Classe des Monocotylédones : embryon présente un seul cotylédon
• Classe des Dicotylédones : embryon à deux cotylédons.

1  2

Fermer le menu